Toi tu n’es qu’un pantin, un pantin, qui ne cesse de croire que demain est entre tes mains, mais toi pantin, tu ne vois rien, rien, de rien; demain, n’est pas entre tes mains, mais entre les miennes, du moment ou tu aura compris cela, tu regardera en moi, et tu t’y verra, toi le pantin.


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s