le paradis

Douces volutes du temps du chant des sirènes, dans mes rêves, je plonge dans l’eau..
Sirène au corps bleu de paillettes, je m’enfonce, au plus profond de l’eau, bleue, au plus profond

de moi …

confondue; confusion confondante

nage nage; profondement, devant moi, se dresse une cité perdue, engloutie… profondement, perdue

Curiosité peur et joie se melent et s’entremelent; prenant possession de moi

qu’est ce donc? Si ce n’est point mon coeur englouti qu’est ce donc?

j’en pousse la porte, lourde et robuste, une porte de chateau fort, engloutie, au fond du fond de l’eau de mes soupirs et desespoirs, des pleurs …
de la perte,
de la séparation…
de mes origines, mon essence

Derrière cette porte, je vois, cette cité de cristal, scintillante, brillante, rose, blanche,
au miracle, je suis toujours vivante,
ici est la vie

pleurer la séparation n’est il pas pleurer l’illusion du paradis perdu, enfoui au fond de vous, demeure et demeurera toujours votre coeur, cité de cristal, … vivante en vous, cette partie de vous, ne pourra jamais s’eteindre, elle est votre source et vous en etes le gardien; gardien des memoires enfouies, gardien et représentant… Reconnectez vous au coeur du coeur de l’univers

Karen Coutenceau

https://youtu.be/KfbyYnKGeBg


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s