Jouer avec votre enfant intérieur

 

Pour moi la vie est un jeu, une grande scène de théatre.

Aussi, j’aurai vraiment à coeur de vous faire vivre vos émotions pleinement; nos émotions sont le coeur même de notre constitution humaine, parfois triste, parfois joie. Elles nous dirigent parfois comme des pantins, aussi, avec cet atelier je souhaiterai vous mettre en scène afin de vous permettre de les connecter, ou bien d’etre observateur de vous même.

Cet atelier, se propose sous la forme de jeux de roles, pour cette première, je choisi de vous faire vivre le triangle de karpman, vous savez, le fameux, victime/bourreau/sauveur.

 

Karpman le jeu:

Stephen B. Karpman (psychologue américain des années 70) a mis en évidence un modèle d’analyse des jeux psychologiques appelé « Le triangle dramatique ».
Le triangle de Karpman est un concept simple et puissant d’Analyse Transactionnelle.

Ce jeu implique 3 rôles :

  • une Victime V : qui se sent inférieure et va rechercher soit un Persécuteur soit un Sauveur.
  • un Sauveur S : qui perçoit la Victime comme inférieure et lui vient en aide à partir d’une position supérieure.
  • un Bourreau B: qui persécute en agressant, humiliant ou rabaissant la Victime.

Dans chacun des 3 rôles il est intéressant de noter qu’aucun n’a conscience de la réalité de ce qui se joue.

Les rôles sont également interchangeables. Cependant, nous avons un role préféré.

Rôles

1) La Victime
La Victime se méconnait elle-même. Elle se considère soit comme quelqu’un qui mérite d’être rabaissé, soit comme quelqu’un qui a besoin d’assistance.
La Victime une fois persécutée peut néanmoins être soumise ou rebelle.

2) Le Sauveur
Le Sauveur prend sa légitimité lorsqu’il trouve une Victime à sauver de l’agression d’un Bourreau. Il se fonde sur l’idée que la Victime ne peut se défendre seule.
Le Sauveur dans une situation se pense plus compétent que la Victime (même s’il n’a dans les fait aucune légitimité ou compétence sur le sujet) pour décider de ce qui est bon pour elle et va aider la Victime sans qu’elle ne l’ait demandé et même, dans certaines situation, contre sa volonté.

3) Le Bourreau
Le Bourreau libère son agressivité sur une Victime en l’infériorisant, la dévalorisant, pointant du doigt ses faiblesses…
Il ignore la valeur et la dignité de la Victime.

Dans tous les cas, chacun repart en ressentant un sentiment négatif (la frustration, la rage, le dégoût, la solitude, l’incompréhension…) et renforçant une croyance négative (par exemple : « C’est toujours pareil, je ne suis jamais compris », « les hommes sont hargneux », « Ma mère ne comprendra jamais rien. »…).

Sortir du jeu

Nous jouons tous à des moments ces rôles, pour des raisons propres à chacun.
Mais c’est parce que ce triangle dramatique et ses rôles sont tous destructeurs et ne conduisent pas à la perception de la réalité d’une situation, qu’il est important de le reconnaître, ainsi que ses composantes, chez soi-même comme chez les autres, et de s’en détacher.

Pour cela il est important de :

  • prendre conscience de son rôle et des rôles joués par les autres.
  • avoir conscience du caratère négatif du jeu
  • prendre de la hauteur dans ces situations, considérer la réalité en adoptant une vision neutre et apprendre à détecter le jeu petit à petit
  • ne pas entrer dans le jeu en ne prenant pas le rôle attendu par l’autre (en s’extrayant physiquement ou verbalement de la situation, en répondant de façon totalement inattendue…)
  • Ne pas « prendre » le sentiment négatif en fin de jeu (faire vite autre chose qui occupe totalement l’esprit)
  • donner des signes de reconnaissances aux interlocuteurs en dehors des périodes de stress
  • et si vous êtes entré dans le jeu, le jouer à un niveau le plus léger possible